Les astuces mnémotechniques
4 janvier 2020
Avez-vous fait mieux que :
– Napoléon III : 75 fautes
– Son épouse, l’impératrice Eugénie : 62 fautes
– Alexandre Dumas (Académie française) : 24 fautes
– Octavce Feuillet (Académie française) : 19 fautes

Pour parler sans ambiguï, ce dîner à Saint-Adresse, près du Havremalgrè les effluves embaumés de la mer, malgrè les vins de très bons crus, les cuisseaux de veau et les cuissots de chevreuil prodigués par l’amphitryon, fut un vrai guêpier.

Quelles que soient, et quelque exiguës qu’aient pu paraitre, à côté de la somme due, les arrhes qu’étaient censés avoir données à maint et maint fusilier la douairière et le marguiller.…il était infâme d’en vouloir pour cela à ces fusiliers jumeaux et mal bâtis, et de leur infliger une raclée, alors qu’ils ne songeaient qu’à prendre des rafraichissements avec leurs coreligionnaires. Quoi qu‘il en soit, c’est bien à tort que la douairière, par un contresens exorbitant, s’est laissé entraîner à prendre un râteau et qu’elle s’est crue obligée de frapper l’exigeant marguiller sur son omoplate vieillie. Deux alvéoles furent brisés, une dysenterie se déclara suivie d’une phtisie.

– Par saint Martin, quelle hémorragie ! s’écria ce bélître.

A cet évènement, saisissant son goupillon, ridicule excédent de bagage, il la poursuivit dans l’église tout entière.

 

                                                                                                  Prosper Mérimée
Nous espérons que  vous vous êtes bien amusés.

Quelques annotations :

  • – Quand on parle du « saint » lui-même, l’adjectif « saint » s’écrit avec une minuscule et n’est pas suivi d’un trait d’union : « saint Martin».

S’il désigne une rue, un édifice, une fête….on met la majuscule et le trait d’union : « Saint-Adresse ».

Si le nom du saint contribue à la dénomination d’une rue, d’un édifice, d’un ordre religieux, d’une fête, etc., majuscule et trait d’union s’imposent : « rue Saint-Jean ».

La même règle s’applique avec l’adjectif « sainte ».

 

  • – Malgré est invariable, il ne prend jamais de s.
  • – Effluve est un nom masculin.
  • – Cru peut être :

– un nom commun, utilisé le plus souvent dans le domaine de la vigne.

-le participe passé du verbe “croire”

-l’adjectif qualificatif signifiant “non cuit”.

 

Crû est le participe passé du verbe “croître”

  • – Cuisseau désigne la partie du veau dépecé, du dessous de la queue du rognon.

Cuissot désigne la cuisse du gros gibier (cuissot de cerf, de chevreuil, de sanglier).

 

  • – Amphitryon, nom masculin. Hôte chez qui l’on est invité à manger, dîner, c’est-à-dire personne qui offre le repas, aux frais de laquelle on mange.

 

  • – Conjugaison du verbe « Être » : Sans accent circonflexe (fut) est au passé simple, avec un accent circonflexe (fût), est au subjonctif imparfait.

Le verbe introduit par une conjonction de subordination exprimant le temps (lorsque, dès que, quand…) est au mode indicatif alors que le verbe introduit par une conjonction de subordination exprimant une concession ou une opposition (bien que, quoique, malgré que…) doit être au subjonctif.

 

  • Guêpier : nid de guêpes.

 

  • – Quel(s) que / quelle(s) que, en deux mots est une locution immédiatement suivie d’un verbe d’état. Le plus souvent de – “être“ mais aussi de –“devoir être“ “pouvoir être“

Quelque s’écrit en un seul mot devant un nom, un adjectif ou un adverbe.

  • – Exigu adjectif qualificatif au féminin s’écrit “exiguë“

 

  • – Qu‘aient pu : verbe pouvoir au subjonctif passé

 

  • – dû,  peut être  le nom (quelque chose qu’on me doit) ou le  participe passé masculin singulier du verbe “devoir”.

Du, forme contractée de : de + le (article partitif)

  • – Les arrhes (nom féminin pluriel) sont des sommes versées par un client avant la livraison des biens ou avant l’achèvement d’une prestation de service.

Are(s) est une unité de mesure de superficie.

 

  • – Maint, mainte, au singulier = plus d’un, plus d’une. Je lui ai dit en mainte occasion. « Enjambant maint ruisseau, traversant mainte ruelle… » (V. Hugo).

Maints, maintes, au pluriel = de nombreux, de nombreuses. Nous avons eu maints problèmes avec lui. Je lui en ai parlé maintes fois.

 

  • – Infâme : Son orthographe était infame avant qu’un accent circonflexe ne lui soit ajouté dans la cinquième édition du Dictionnaire de l’Académie française, parue en 1798.

 

  • – Quoique, s’écrit en un seul mot si vous pouvez le remplacer par bien que, encore que.

Quoi que, en deux mots, a le sens de quelle que soit la chose que ou de quelque chose que.

 

  • – « La douairière s’est laissé entraîner »

Le participe passé d’un verbe pronominal reste invariable quand le pronom réfléchi est objet indirect : Ils se sont parlé, car on parle à quelqu’un.

 

  • – « Elle s’est crue obligée »

Le participe passé d’un verbe pronominal s’accorde avec le complément d’objet direct à condition qu’il précède le verbe.

 

  • – L’adjectif s’écrit comme le participe présent « exigeant », le nom, lui, se passe du « a » pour s’écrire « exigence » :

C’est un patron exigeant. / Je m’efforce de répondre aux exigences de mon patron.

 

  • – Il la poursuivit : la, évite la répétition du mot douairière.

Poursuivre est conjugué au passé simple.

 

 

 

                                                                                                        

 

Top